tanzanie

Sommaire historique

En politique intérieure

Après avoir été sous mandat britannique, le Tanganyika passe, en 1947, sous la tutelle de l’Organisation des Nations unies (ONU). Julius Nyerere et la Tanganyika African Nationa Union (TANU) sont au coeur de la marche vers l’indépendance qui mène à la proclamation de 1961. Trois ans plus tard, le Tanganyika fusionne avec le Zanzibar pour former la Tanzanie. Nyerere, qui préside le pays de 1962 à 1985, domine la vie politique avec la TANU, puis son successeur, le Chama Cha Mapinduzu (Parti d’État révolutionnaire), seuls partis autorisés. Il procède à des réformes et des nationalisations, tentant de développer un modèle socialiste original qui se heurte à un contexte économique difficile. Le départ de Nyerere de la présidence, en 1985, est suivi par des réformes démocratiques et un virage vers le libéralisme économique. Des élections multipartites sont tenues à partir des années 1990, mais le processus démocratique, entaché par des irrégularités, est contesté et le Chama Cha Mapinduzu continue de dominer la vie politique.

En politique extérieure

La Tanzanie demeure au sein du Commonwealth et conserve de bonnes relations avec la Grande-Bretagne. Sous Julius Nyerere, elle effectue néanmoins des rapprochements avec le monde communiste, notamment l’Union des républiques socialiste soviétiques (URSS) et la Chine avec qui elle signe un traité d’amitié au cours des années 1960. Membre du mouvement des non-alignés, la Tanzanie apporte également son soutien aux luttes coloniales qui se déroulent au Mozambique et au Burundi. En 1979, elle intervient même militairement en Ouganda, contribuant au renversement de la dictature d’Idi Amin Dada. Impliqué au sein de plusieurs organisations internationales, le gouvernement tanzanien participe à plusieurs initiatives de paix sur le continent africain.

Des conflits et des morts

1964-1964 [ Tanzanie ] Violence civile
1978-1979 [ Tanzanie Ouganda ] Guerre entre les deux États (renversement d’ Idi Amin Dada) > 3,000 morts liés directement au conflit (selon les estimations).

Pour en savoir plus sur la méthodologie, consulter la section «Conflits».

 

 Afghanistan 
 Afrique du Sud 
 Albanie 
 Algérie 
 Allemagne 
 Angola 
 Arabie Saoudite 
 Argentine 
 Arménie 
 Australie 
 Autriche 
 Azerbaïdjan 
 Bahreïn 
 Bangladesh 
 Belarus 
 Belgique 
 Bénin 
 Bhoutan 
 Bolivie 
 Bosnie-Herzégovine 
 Botswana 
 Brésil 
 Bulgarie 
 Burkina Faso 
 Burundi 
 Cambodge 
 Cameroun 
 Canada 
 Cap-Vert 
 Centrafricaine (rep) 
 Chili 
 Chine 
 Chypre 
 Colombie 
 Comores(Les) 
 Congo 
 Congo (rep. dem.) 
 Corée du Nord 
 Corée du Sud 
 Costa Rica 
 Côte d’Ivoire 
 Croatie 
 Cuba 
 Danemark 
 Djibouti 
 Dominicaine (Rep) 
 Égypte 
 Émirats Arabes Unis 
 Équateur 
 Érythrée 
 Espagne 
 Estonie 
 États-Unis 
 Éthiopie 
 Finlande 
 France 
 Gabon 
 Gambie 
 Géorgie 
 Ghana 
 Grèce 
 Guatemala 
 Guinée 
 Guinée Équatoriale 
 Guinée-Bissau 
 Guyana 
 Haïti 
 Honduras 
 Hongrie 
 Inde 
 Indonésie 
 Irak 
 Iran 
 Irlande 
 Islande 
 Israël 
 Italie 
 Jamaïque 
 Japon 
 Jordanie 
 Kazakhstan 
 Kenya 
 Kirghizstan 
 Kosovo 
 Koweït 
 Laos 
 Lesotho 
 Lettonie 
 Liban 
 Liberia 
 Libye 
 Lituanie 
 Luxembourg 
 Macédoine 
 Madagascar 
 Malaisie 
 Malawi 
 Mali 
 Maroc 
 Maurice 
 Mauritanie 
 Mexique 
 Moldavie 
 Mongolie 
 Monténégro 
 Mozambique 
 Myanmar 
 Namibie 
 Népal 
 Nicaragua 
 Niger 
 Nigeria 
 Norvège 
 Nouvelle-Zélande 
 Oman 
 Ouganda 
 Ouzbékistan 
 Pakistan 
 Panama 
 Papouasie-Nouvelle-G. 
 Paraguay 
 Pays-Bas 
 Pérou 
 Philippines 
 Pologne 
 Portugal 
 Qatar 
 Roumanie 
 Royaume-Uni 
 Russie 
 Rwanda 
 Salvador 
 Sénégal 
 Serbie 
 Sierra Leone 
 Singapour 
 Slovaquie 
 Slovénie 
 Somalie 
 Soudan 
 Soudan du Sud 
 Sri Lanka 
 Suède 
 Suisse 
 Suriname 
 Swaziland 
 Syrie 
 Tadjikistan 
 Taiwan 
 Tanzanie 
 Tchad 
 Tchèque (Rép) 
 Thaïlande 
 Timor oriental 
 Togo 
 Trinité-et-Tobago 
 Tunisie 
 Turkménistan 
 Turquie 
 Ukraine 
 Uruguay 
 Venezuela 
 Viêt Nam 
 Yémen 
 Zambie 
 Zimbabwe 

Tanzanie

Chronologie depuis 1961

Les événements sélectionnés se rapportent à la situation intérieure ou aux enjeux internationaux qui ont eu un impact direct sur la gouvernance du pays.

9 décembre 1961
Proclamation de l’indépendance du Tanganyika

Le Tanganyika African National Union (TANA) de Julius Nyerere joue un rôle central dans la montée du sentiment autonomiste qui culmine le 9 décembre 1961 avec la proclamation de l’indépendance du Tanganyika.


26 mai 1963
Signature de la Charte constituant l’Organisation de l’unité africaine 

Des représentants de 31 pays africains, dont de nombreux chefs de gouvernement et d’État, sont réunis à Addis-Abeda, en Éthiopie, afin de procéder à la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA).


10 décembre 1963
Proclamation de l’indépendance du sultanat de Zanzibar

Protectorat britannique depuis la fin du XIXe siècle, le sultanat de Zanzibar, un État insulaire situé dans l’océan Indien, proclame son indépendance le 10 décembre 1963.


26 avril 1964
Proclamation de l’indépendance de la République du Tanganyika et de Zanzibar

Le Tanganyika et le Zanzibar fusionnent à l’intérieur d’une République du Tanganyika et de Zanzibar qui deviendra, en octobre 1964, la République unie de Tanzanie. Le premier président du nouveau pays est Julius Nyerere.


1 novembre 1978
Invasion de la Tanzanie par l’Ouganda

Deux semaines après avoir accusé la Tanzanie d’avoir envahi une partie de l’Ouganda à l’ouest du lac Victoria, l’armée ougandaise réplique en pénétrant le territoire tanzanien. Les troupes ougandaises se retireront totalement de Tanzanie le 14 novembre 1978.


1 mai 1981
Départ de l’armée tanzanienne de l’Ouganda

Après avoir aidé à renverser le président Idi Amin Dada en avril 1979, les troupes tanzaniennes demeurent chez leur voisin ougandais. Leur retrait définitif commence le 1er mai 1981 et se termine le 30 juin.
Le Bleu Demandé on February 22, 2018 dans Autres.
Ajouter un commentaire
0 Reponse(s)

Votre Réponse

En publiant votre réponse, vous acceptez la politique de confidentialité et termes de service.